Tifaifai

Depuis l’enfance, comme dans beaucoup de famille polynésienne, j’ai été entourée par les Tifaifai. Aujourd’hui encore, c’est un art auquel je suis particulièrement sensible.
J’avais envie de couleurs vibrantes et d’atmosphères légères en sortant du confinement et la thématique des tifaifai est venue naturellement.
L’inspiration générale de cette série est très liée à la nature, avec particulièrement l’utilisation de symboles végétaux ou d’oiseaux, que j’utilisais peu jusqu’à présent.

Aumata, Regards croisés

Après beaucoup d’hésitations et de doutes, je me relance dans l’aventure de l’exposition, au coté de Patrick Guichard et Teva Victor, pour « Aumata, Regards croisés ». Aumata évoque l’échange de regards entre 2 personnes, 2 « âmes »… par extension, c’est aussi un enrichissement des connaissances, culturel et humain.
Cette exposition est donc placée sous le signe de l’échange, des regards croisés, mais elle sera aussi marquée par le besoin de faire les choses en toute simplicité, malgré cette période complexe. C’est avant tout nous l’occasion de nous retrouver, dans un lieu que nous apprécions, pour simplement partager le plaisir d’exposer ensemble.

PARAU TAMA – Ta’aroa

Parau Tama est un podcast de contes et légendes polynésiennes destinés aux enfants. Pour cette première saison, les textes sont inspirés de Teuira Henry, mais nous serions vraiment heureux de pouvoir collaborer avec des auteurs et conteurs pour pouvoir enrichir le répertoire d’histoire à partager. Les connaisseurs noterons que j’y ai ajouté ma touche personnelle, car il me semble que ce qui conte aussi lorsque l’on raconte une histoire, c’est le message que l’on veut transmettre et le sens qu’on lui attribue. J’espère sincèrement que ce podcast plaira aux enfants … et à leurs parents !

Wallès Kotra , destin d’un insulaire.

Pour cet épisode, j’ai le grand bonheur de vous faire partager une conversation pleine de sagesse insulaire avec Wallès Kotra.
Curieux et d’une édifiante humilité, c’est de son insularité qu’il puisse son extraordinaire humanisme et une vision du monde optimiste. De Tiga à Paris, avec plusieurs aller-retours vers la Nouvelle Calédonie, Wallès contribue au travers de ses paroles et de ses actes à rendre l’Océanie visible.