Ro’o, le messager des dieux

Pour vous livrer l’histoire de Ro’o, j’ai le plaisir de partager avec vous ce poème de Madame Simone Grand, qui est une traduction du texte original en tahitien de Teuira Henry, que vous retrouverez également dans son intégralité ci-après. Je remercie de tout cœur Simone Grand qui a accepté de nous faire partager sa traduction de ce très beau texte, témoignage de la portée poétique de la langue tahitienne. Ces textes ont été édités dans l’ouvrage « Chants des origines, Mythes fondateurs du Tahiti »  que je vous incite à découvrir.


’E fano ’oe i te ra’i ta vero hia
’E ata e, ’e ata ti’iti’i
’E ata e, ’e ata mareva.
’Eiaha te ata hi’a,
’Eiaha te ata tū noa,
’Eiaha te ata ta’ata’a,
’Eiaha te ata fare,
’Eiaha te ata puaa
’Ō atu ra i te ata pe’e noa
’Ō atu ra i te ata ’oehau
Te ata ’ura, te ata re’are’a,
Te ata teatea, te ata tāupe,
’Ō atu i te ata verovero,
’Ō atu i te ata viriviri
’E te ata mahaha !
’A fano ’oe i te ra’i ta vero hia
’E ata e ! ’E ata pōiri, ’e ata fētu’i
’E ata pa’ari, hiti mare’are’a !
’O Faurourou te ata,
’E tā’ai na, tā’ai na, tupu, tā’ai na
’Ua hapu te ata pa’ari
’Ia Ro’o ‘arere nui ’a Tāne
Tā’ai na, tā’ai na, tupu, tā’ai na
’A moe Ro’o nui i te ata tā’ai na
‘A hurihuri, ’a tauahi
’A fa’auta ’o Roo i te ata,
’A tā’ai na, tupu, tā’ai na
’A ’ā’ai ‘o Roo i te ata
’A tā’ai na, tupu, tā’ai na
’A tātuatua ‘o Ro’o i te ata
’A tā’ai na, tupu, tā’ai na
’A hu’ihu’i ’o Ro’o i te ata
’A ’iti’iti ’o Ro’o i te ata
’A mamae ia Ro’o te ata,
’A fanau ia Ro’o te ata
’A tā’ai na, tupu, tā’ai na
’A tāpahi’i ’o Ro’o i te ata
’A tā’ai na, tupu, tā’ai na
’E farehu’a no Ro’o te ata
’A tā’ai na, tupu, tā’ai na
’A ne’e ’o Roo, ’a tōtoro ’o Ro’o i te ata
’A tā’ai na, tupu, tā’ai na
‘A haere ’o Ro’o i te ata
’A tā’ai na, tupu, tā’ai na
’A pa’ari ’o Ro’o i te ata
Hāhaere ’o Ro’o mā Tū
Tu’ava ’ē i te ata ’e rere
’E tā’ai na, tā’ai na
Tupu tā’ai na
’O Roo mua, Roo ’arere nui teie na Tāne, i rahua ’e Ta’aroa, i fanau hia ’e Faurourou, te ata pa’ari mare’are’a
’A rahu ra i te tahu’a na Tāne.
Teie ia ! ’O ’Oina, ’o Fāfā, ’o O’oia ’e ’o Tuiroa, na tahu’a nui ite ’a Tāne e.
Tei Mou’a ’ura i Uporu te fenua ’o Tāne i te Ao nei.
I reira tāna nu’u atua i ta’iruru raa i te anotau ta’upiti no te Ao nei.
Tei te ra’i hamama ’o Tāne na ta’ata ihi’ē’a ra : ’o Pa’u, ’o Hūhura, ’o Hua-nu’u-marae, ’o ’Āruru-nu’u-rara, ’o Poro-a-uta, ’o Poro-a-tai, ’o Poro-a-rau-ata ’e na vahine tama, ’o ’Anei-ra’i ’e ’o Tupetupe-i- fare-one.
’O Tāne ’e ’o ’Aruru, fanau maira ta raua tamaiti, ’o Fanau-tini, atua hua’ai rahi roa.
’E ’ore tāna vahine ’e hope i te tai’o no te rahi.

  • Henry Teuira, Tahiti aux temps anciens, Publication de la Société des Océanistes, n°1 2000, Chants et légendes, Chants de la Création, p.380

Ro’o, le messager


Pars vers le ciel rendu orageux
Nuages, nuages ronds
Nuages, fugaces nuages.
Non pas le nuage glissant,
Non pas le nuage immobile,
Non pas le nuage floconneux,
Non pas le nuage qui s’effiloche,
Non pas le nuage rebondi,
Mais au-delà du léger nuage
Mais au-delà du troublant nuage
Du nuage rouge, du nuage jaune,
Du nuage clair, du nuage affaissé,
Au-delà du rougeoyant nuage,
Au-delà des nuages qui s’enroulent,
Et des nuages vaporeux !
Pars vers le ciel rendu orageux
Nuages ! Sombres nuages d’après minuit.
Nuages gelés, aux bords dorés !
Enfant bienaimé est le nuage
Voyage, voyage, grandit, voyage
Le nuage gelé est enceint
De Roo, le grand messager de Tāne !
Voyage, voyage, grandit, voyage
Ro’o le grand dort dans le nuage voyageur
Tourne et retourne, enlace
Ro’o est véhiculé par le nuage,
Voyage, grandit, voyage
Roo dévore le nuage
Voyage, grandit, voyage
Ro’o combat tout nu le nuage
Voyage, grandit, voyage
Ro’o fait palpiter le nuage
Ro’o donne des douleurs au nuage
Ro’o fait souffrir le nuage
Le nuage a enfanté Ro’o
Voyage, grandit, voyage
Ro’o est langé du nuage
Voyage, grandit, voyage
Maternité est le nuage pour Ro’o
Voyage, grandit, voyage
Ro’o rampe, avance à tâtons dans le nuage
Voyage, grandit, voyage
Roo déambule dans le nuage
Voyage, grandit, voyage
Roo grandit dans le nuage
Roo et Tū se promènent
Maigreur singulière du nuage qui s’envole
Voyage, voyage
Grandit, voyage
C’est Ro’o premier, Ro’o grand messager de Tāne, invoqué par Ta’aroa, enfanté par Faurourou, le nuage doré gelé.
Fait surgir les experts pour Tāne.
Les voici : Aiguisé, Palpe, Rapide et Ajusteur, les grands experts de Tāne
Ici-bas, le pays de Tāne est Montagne-rouge à Uporu.
Là, ses armées divines se réunissent en réjouissances terrestres.
Dans le ciel ouvert de Tāne résident les très ingénieux : Eclabousse, Coursier, Petit-marae-martial, Rassemble-l’armée-dispersée, Héraut-amont, Héraut-aval, Héraut des divers nuages, et les deux mères : Fichtia-céleste et Flâneuse en maison de sable.
Tāne et ’Aruru eurent un fils : Multipare, divinité aux très nombreux enfants.
Il est impossible de dénombrer ses femmes tant elles étaient nombreuses.

  • GRAND Simone, Chants des origines, Mythes fondateurs du Tahiti Editions To’imata Tahiti, 2013

Ainsi naquit Ro’o , le messager, qui depuis son nuage, annonce les humeurs du dieu Tane. Ro’o le dieu nuage parcourt ainsi  le monde, et si tu contemples attentivement le ciel, tu observeras que ses messages sont multiples, de la blancheur du coton, au gris des orages, en passant par les oranges flamboyants au couché du soleil. Chaque jour, Ro’o nous délivre un message des humeurs des cieux.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s